roulement


roulement

roulement [ rulmɑ̃ ] n. m.
• 1538; de rouler
1Action de rouler (III). « L'état satisfaisant de la voie favorisait le roulement » (Robbe-Grillet). Couche de roulement : revêtement superficiel d'une route. Bande de roulement : partie du pneumatique en contact avec le sol.
Géom. Déplacement d'une courbe ( roulante) sur une courbe fixe, lorsque les deux courbes restent constamment tangentes et que le point de contact parcourt en même temps des arcs égaux sur l'une et l'autre. Roulement d'une courbe sur une droite, où chaque point de la courbe décrit une courbe cycloïde. ⇒ roulette (1o).
(1903) Cour. Roulement à billes : mécanisme destiné à diminuer les frottements entre des pièces roulant l'une sur l'autre, formé de billes d'acier insérées entre les organes flottants. Techn. Roulement à aiguilles, à rouleaux cylindriques, coniques.
2Bruit de ce qui roule, bruit sourd et prolongé. « le roulement des voitures au-dessus de sa tête, étant devenu de continu intermittent » (Hugo). « il y avait une espèce de roulement comme quand le tonnerre gronde au lointain sur place » (Ramuz). Roulement de tambours. battement, batterie; rantanplan.
3Mouvement de ce qui tourne. Un roulement d'yeux. « Elles marchent avec des roulements de hanches » (Romains).
4Action de circuler, de servir, en parlant de l'argent. circulation. Roulement des capitaux. Fonds de roulement.
5Alternance de personnes qui se relayent, se remplacent dans un travail. Travailler par roulement (cf. À tour de rôle). « un roulement régulier de deux équipes qui se reposeraient à tour de rôle » ( Martin du Gard).

roulement nom masculin (de rouler) Action de rouler ; mouvement de ce qui roule : Le roulement régulier du train. Mouvement d'une partie du corps qui tourne ou semble tourner en se déplaçant : Roulement des épaules. Bruit produit par un objet, un véhicule qui roule : Être réveillé par un roulement de voiture. Bruit sourd et continu, évoquant celui d'un corps lourd qui roule sur le sol : Des roulements de tonnerre. Circulation de l'argent, son utilisation pour les paiements, les transactions : Roulement des capitaux. Fait, pour une quantité, un stock, d'être disponible pour une utilisation successive : Assurer un roulement sur la semaine. Succession de plusieurs personnes dans un travail qu'elles assurent à tour de rôle, selon un horaire fixé à l'avance : Deux équipes qui travaillent par roulement. Industrie Cycle et durée de travail d'une installation, depuis sa mise en route jusqu'à son arrêt. Mécanique Organe interposé entre les paliers et les arbres des systèmes mécaniques en rotation, destiné à substituer un frottement de roulement à un frottement de glissement. Déplacement d'un corps qui reste en contact sans glisser avec un autre corps. Musique Trémolo obtenu par le rebondissement rapide et alternatif des baguettes ou des mailloches sur un tambour ou une timbale. ● roulement (expressions) nom masculin (de rouler) Train de roulement, ensemble des organes mécaniques assurant la suspension et la progression d'un véhicule chenillé et sa tenue de route. Roulement des cours et tribunaux, répartition annuelle des magistrats d'un même tribunal entre les chambres qui le composent. Frottement de roulement, dans le mouvement relatif de deux surfaces, partie du frottement correspondant à la composante du vecteur rotation instantanée, contenue dans le plan tangent commun aux surfaces en leur point de contact. Roulement diastolique, bruit à tonalité grave, que l'on entend à l'auscultation dans le rétrécissement mitral. Bande de roulement, partie extérieure d'un pneumatique en contact avec le sol. ● roulement (synonymes) nom masculin (de rouler) Bruit sourd et continu, évoquant celui d'un corps lourd qui...
Synonymes :

roulement
n. m.
d1./d Mouvement de ce qui roule.
d2./d TECH Organe servant à réduire les frottements entre des pièces dont l'une est en rotation, constitué de deux bagues entre lesquelles tournent des billes, des rouleaux ou des aiguilles. Roulement à billes.
d3./d Bruit sourd et continu produit par qqch qui roule. Le roulement du train couvrait sa voix.
|| Par anal. Roulement du tonnerre, de tambour.
d4./d Roulement d'yeux: mouvement des yeux qui tournent dans leurs orbites.
d5./d FIN Fonds de roulement.
d6./d Succession, alternance de personnes qui se remplacent pour effectuer certains travaux. Syn. (Suisse) tournus.

⇒ROULEMENT, subst. masc.
A. — [Corresp. à rouler I A]
1. a) Mouvement d'un corps sphérique, cylindrique ou d'une forme approchée, dont la progression est liée aux tours qu'il fait sur lui-même et qui reste en contact avec la surface d'appui sans glisser. Roulement d'une bille, d'une boule de billard; roulement de graviers sur le lit d'un cours d'eau; roulement d'un dé. L'usure d'un pneu doit être régulière, indice d'un roulement correct des roues (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 327):
1. ... le char à roues ou la voiture (...): ce merveilleux instrument de transport connu seulement jadis dans l'Asie du sud (...) ainsi qu'autour de la Méditerranée, a substitué aux résistances de frottement et de glissement les résistances beaucoup moindres du roulement...
BRUNHES, Géogr. hum., 1942, p. 114.
Bande de roulement. Partie d'une roue, d'un pneu en contact avec le sol. Pour remédier aux inconvénients si graves du dérapage (...) on a été amené à munir les bandes de roulement, principalement les pneumatiques, de dispositifs antidérapants (PÉRISSE, Automob., 1907, p. 392). V. frette1 ex. de Chapelain.
Plan, surface de roulement. Surface sur laquelle roule quelque chose. Chemin de roulement sur un aérodrome. [Avec le rail à double champignon] la voie est plus propre, car le plan de roulement se trouve élevé (...) au-dessus des traverses (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, pp. 685-686). En partic. Couche de roulement. Revêtement le plus superficiel d'une route. On étend d'abord sur la couche de fondation un béton asphaltique (...) sur 4 cm d'épaisseur. On applique ensuite une 2e couche de 20 à 25 mm d'épaisseur dite couche de roulement qu'on pilonne fortement (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 116).
Chemin de roulement. Dispositif formé d'éléments qui tournent ou qui roulent et qui facilite le déplacement de quelque chose; rainure, rail où roulent des billes, des galets supportant quelque chose. [Pour la manutention des lourdes charges] il faut faire un chemin de roulement avec des madriers (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 4, 1927, p. 77).
P. méton. Organe interposé entre le palier et l'arbre de certaines machines, pour substituer à un frottement de glissement, un frottement de roulement beaucoup plus faible, constitué de deux bagues entre lesquelles est montée une cage contenant des éléments roulants: billes, rouleaux ou aiguilles (rouleaux de très faible diamètre). Roulement à rouleaux coniques, cylindriques; roues montées sur roulement à billes; bicyclette, patins à roulement à billes. Le pont siffle ou ronfle en marche, de plus il chauffe. Il y a du jeu, un roulement cassé ou il manque d'huile (CHAPELAIN, Techn. automob., 1956, p. 355).
P. anal.
♦ Mouvement d'un astre. Comme si le roulement des astres eût été ralenti dans le calme universel, je trouvais dans la lenteur et l'énergie de ma pensée une succession que rien ne précipitait (SENANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 45).
♦ Mouvement d'un liquide. Les sables sont des débris de marnes, de roches, de coquillages, de cailloux ou galets, que l'océan réduit sans cesse en poudre par le roulement perpétuel de ses flots au fond de son bassin, et surtout sur ses rivages (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 141). Le roulement des hautes lames [de l'Adriatique], si différent des gestes que la tempête méditerranéenne fait sur les rochers (GIONO, Voy. Ital., 1953, p. 146).
b) Déplacement d'un véhicule, d'un objet muni de roues. Synon. vieilli roulage. Véhicule (en parfait) état de roulement. C'était la première fois que je n'étais pas accablée par le sommeil que le roulement des voitures provoque dans la première enfance (SAND, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 288). Les bouteilles jeunes que des hommes (...) menaient, dans des poussettes au roulement silencieux sur le tapis d'humidité, à une galerie d'entreillage (HAMP, Champagne, 1909, p. 152).
2. Mouvement de rotation ou plus ou moins circulaire; mouvement de balancement. Nous ne pouvons même pas sentir des mouvements extrêmement grossiers: le roulement de la terre sur elle-même; l'emportement de la terre le long de son orbite (GIONO, Poids du ciel, 1938, p. 217).
[À propos d'une partie du corps, d'un organe] Roulement des hanches, des reins. Jamais ces charmantes personnes n'avaient vu prendre le café avec tant de mimiques et de roulements d'yeux (A. DAUDET, Tartarin Alpes, 1885, p. 225). Les flancs de Julia ont un souple roulement dans la marche. Cette rondeur qui est le milieu d'elle coule comme une vague de la mer (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 156).
♦ [À propos des organes intervenant dans la production de sons] Battement rapide de la pointe de la langue; vibration des cordes vocales. Roulements de gorge. Octandre [de Varèse] (1924) pour huit instruments à vent, où l'on notera l'utilisation inhabituelle des instruments avec le recours fréquent au « Flatterzungue » (son vibré par roulement de la langue) (SAMUEL, Art mus. contemp., 1962, p. 616).
ESCR. [Scholl] parle d'escrime et démontre, prend une colichemarde et enseigne le coup infaillible, un roulement de contre de quarte, le bras étendu en marchant (RENARD, Journal, 1893, p. 182).
3. Mouvement, déplacement continu.
a) [À propos d'une pers.] Action d'errer, de voyager sans cesse. L'ennui du vagabondage m'a saisi. J'ai reconnu que ce roulement perpétuel n'était qu'une distraction, un étourdissement (AMIEL, Journal, 1866, p. 415).
b) [À propos d'argent, de capitaux] Circulation. À mesure que le domaine s'agrandissait, le roulement de fonds était plus considérable (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 425). [Les artisans et marchands du XVIIIe s.] attendaient le client, répugnaient à la réclame, vendaient peu et cher, ne cherchaient pas à précipiter le roulement du capital (LEFEBVRE, Révol. fr., 1963, p. 67).
En partic., FIN. Fonds de roulement, parfois x francs de roulement. Capital, somme disponible pour faire face aux dépenses courantes. Je devrais arriver promptement à la fortune, vers laquelle j'avais déjà fait, d'ailleurs, une assez bonne étape. Car enfin, j'ai, à l'heure qu'il est, deux cent mille francs de roulement (BARRIÈRE, CAPENDU, Faux bonsh., 1856, III, 15, p. 118). L'oncle Jérôme (...) avait signé des traites de complaisance pour fournir un fonds de roulement à Coussangettes (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 10).
P. anal. V. collection ex. 7.
P. métaph. Jamais industriels de plus mauvais genre (...) ne s'associèrent pour faire un plus sale commerce. Comme fonds de roulement, ils comptaient cette espèce d'argot que donne la connaissance de Paris, la hardiesse que donne la misère (BALZAC, Homme d'affaires, 1845, p. 407).
4. [Corresp. à rouler II D] Action de donner une forme cylindrique.
a) Synon. de roulage. La fabrication des vis par roulement entre matrices est adoptée en Amérique et commence à s'introduire en Europe (CHAMPLY, Nouv. encyclop. prat., t. 13, 1927, p. 95).
b) Enroulement. Les deux lames [osseuses de la cavité nasale de certains mammifères] (...) se roulent chacune sur elle-même en spirale, en tournant du côté de l'os maxillaire, et en faisant, selon les espèces, deux tours ou deux tours et demi. L'espèce de cornet produit par ce roulement est fermé par derrière, en pointe (CUVIER, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 641).
B. — 1. Bruit produit par ce qui roule. Roulement de tonneau; roulement de dés, d'osselets, de pierres; roulement de roues, de chariots. Il avait perçu des bruits suspects qui pouvaient bien, à la rigueur, n'être que le roulement des derniers cailloux ébranlés sous ses pattes (PERGAUD, De Goupil, 1910, p. 11). Un grondement, un roulement vient de surgir sur la droite et grossit rapidement. On distingue bientôt le halètement d'une locomotive. Le grondement s'amplifie (VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 160).
2. P. anal. [Corresp. à rouler I B] Bruit sourd, prolongé, dont l'intensité varie plus ou moins régulièrement, dû à une succession rapide de sons, de chocs. Roulement d'un sifflet; roulement d'une cataracte, de la pluie, d'une averse (sur un toit); roulement de pieds, de semelles; roulement de bravos, de rires; roulement de (coups de) marteaux, de poings. Elle ouvre le piano, et, des deux mains, commence un roulement de gammes: quel roulement! Elle y va de toute sa force (TAINE, Notes Paris, 1867, p. 91). Ils couraient sur la route gelée. Le claquement de leurs sabots faisait un seul roulement qu'on devait entendre là-bas, aux premières maisons du bourg (BERNANOS, Crime, 1935, p. 743).
En partic.
♦ Grondement du tonnerre. Roulement de tonnerre; (p. méton.) roulements de l'orage. L'espace était en feu, et dans cet embrasement, on ne pouvait reconnaître à quelle étincelle électrique appartenaient ces roulements indéfiniment prolongés, qui se répercutaient d'écho en écho jusque dans les profondeurs du ciel (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 241):
2. Le bruit du tonnerre est souvent étalé, constitué par des roulements prolongés. Cela peut s'interpréter par le fait que les sons dont l'ensemble constitue le tonnerre proviennent des différentes parties de l'éclair, et n'arrivent pas ensemble à l'observateur; d'autre part tous ces bruits n'ont pas la même intensité, étant donné la forme sinueuse de l'éclair, sa complexité (...); un éclair vertical et court donnerait un bruit sec, même pour un observateur éloigné.
Géophys., 1971, p. 713 [Encyclop. de la Pléiade].
♦ Bruit produit par des tirs de canons perçus à une certaine distance. Lointain, lui parvenait le roulement éternel, monotone et sourd de la canonnade (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 215). Roulement incessant de l'artillerie toute la nuit (GIDE, Journal, 1943, p. 231).
MUS. Dans le jeu des instruments à percussion, effet produit par une suite de coups très rapides et égaux. Roulement de caisse, de timbale; roulement de castagnettes. Étouffés par les vents contraires ou par la distance, les roulements sourds des tams-tams grondaient dans la nuit (MARAN, Batouala, 1921, p. 127). Le roulement de tambour exige une technique particulière, l'exécutant devant faire rebondir alternativement chaque baguette trois fois de suite (Mus. 1976).
P. anal. La fenêtre, contre laquelle je bats, du bout des ongles, un joli roulement où j'excelle (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 133).
MÉD. Roulement diastolique. Souffle diastolique, lié au rétrécissement mitral, de tonalité grave et de timbre grondant (d'apr. Méd. Flamm. 1975). Roulement de Flint. ,,Bruit présystolique apexien rappelant le roulement du rétrécissement mitral, mais moins rude, audible dans certaines insuffisances aortiques`` (Méd. Biol. t. 3 1972).
3. PHONÉT. Roulement de r. Articulation de la consonne r par battements de la pointe de la langue contre les dents, les alvéoles ou la région alvéo-palatale. Roulement d'r paysan. Patiemment j'avais accommodé ma langue au roulement des r sur les dents, d'où je la rejetais d'un coup sur la glotte, pour une prononciation non défectueuse de la jota (MORAND, Ouv. la nuit, 1922, p. 57). P. ext. Une voix rapide où le roulement des r de l'accent russe, était doucement marmonné au fond de la gorge, comme si c'étaient non des r mais des l (PROUST, Sodome, 1922, p. 893).
[P. méton.] Campardon, la bouche de plus en plus arrondie et profonde, donnait les ordres du combat, avec un roulement terrible des syllabes (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 92).
C. — Au fig. [P. réf. à un mouvement circulaire]
1. Roulement des pensées. Fait d'être tourné et retourné dans l'esprit. Voyez-vous, Célestin, continua M. Clochard, emporté au roulement de ses pensées, nous arriverons! (FABRE, Oncle Célestin, 1881, p. 311).
2. Synon. de rotation.
a) Action de se succéder alternativement, de se remplacer au bout d'une durée déterminée.
— [À propos d'actions, de certaines opérations] Déjà les quarts étaient établis, le roulement de veille et de repos des matelots était amorcé (PEISSON, Parti Liverpool, 1932, p. 37). Offensives et défensives se succèdent pour chaque camp [pendant la guerre 1914-1918], comme selon un roulement régulier; c'est un échange alternatif des rôles (VALÉRY, Variété IV, 1938, p. 76).
AGRIC. Synon. de assolement. Roulement des cultures, des plantations. Il commençait le roulement triennal par du maïs ou des plantes sarclées, et récoltait; (...) semait du blé sans fumure, et récoltait; (...) faisait de l'avoine, et récoltait; et là, de nouveau, reprenait le cycle comme au départ (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 185).
— [À propos de pers. qui se remplacent dans l'exercice de certaines fonctions, ou parfois d'animaux] Roulement des membres d'un tribunal, d'un conseil. On pourrait citer (...) la mouvante harmonie du travail dans la ruche, la surprenante division de la besogne, le roulement régulier qu'on y trouve. Par exemple, j'ai souvent constaté que les butineuses que j'avais marquées le matin, s'occupaient l'après-midi (...) à réchauffer ou à éventer le couvain (MAETERL., Vie abeilles, 1901, p. 122). Il importait de s'organiser au mieux. Avant tout, ménager les forces disponibles. Établir auprès du moribond un roulement régulier de deux équipes qui se reposeraient à tour de rôle (MARTIN DU G., Thib., Mort père, 1929, p. 1277).
Loc. adv. Par roulement. À tour de rôle, en faisant alterner les équipes. La moitié des barques, le lendemain, gagnèrent le continent, elles chargèrent des pierres (...). Le lendemain ce fut au tour des autres barques de ne point se rendre à la pêche. Leurs équipages commencèrent la digue. Par roulement, l'île, d'arrache-pied, exécuta le travail (QUEFFÉLEC, Recteur, 1944, p. 156).
P. méton. ,,Plan ou graphique de travail d'un ensemble d'agents chargés d'assurer un service continu; plan d'utilisation des machines, des véhicules, etc.`` (Lar. encyclop.).
b) Fait pour des choses, des personnes, des animaux d'être remplacés au fur et à mesure de leurs disparition, pour conserver à peu près la même quantité; quantité remplacée. En somme, on a toujours un « roulement » d'amis suffisant (RENARD, Journal, 1891, p. 97). Un roulement suffisant de malades assurait le côté matériel de notre institution (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 567). Aimant les chats, fort chatte elle-même, mais surtout les poissons d'aquarium (...). Elle en avait un roulement, car après la huitaine ils mettaient le ventre en l'air: elle avait oublié de leur donner à manger (MONTHERL., Pitié femmes, 1936, p. 1089).
3. TECHNOL. Durée de travail d'un four, d'une installation depuis sa mise en route jusqu'à son arrêt. (Dict. XIXe et XXe s.).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1538 « mouvement de ce qui roule » (R. ESTIENNE, Dict. Latinogallicum, 751a ds Rom. Forsch. t. 32, p. 156); b) 1838 « déplacement d'un corps qui tourne sur lui-même, sans glisser, sur une surface » le roulement des rochers (MICHELET, Journal, p. 255); c) 1875 math. (Lar. 19e); 2. 1665 « mouvement alternatif d'un corps ou d'une de ses parties » deux roulements d'yeux (MOLIÈRE, Dom Juan, V, 2); 3. a) 1680 « sons différents poussés d'une même haleine en montant ou en descendant » (RICH.); b) 1844 « différence d'intensité dans la vibration d'une note d'un instrument à cordes » ici guitare (BERLIOZ, Instrument., p. 85: les roulements prolongés sur la même note); 4. a) 1732 « bruit formé par un ou plusieurs tambours battus à coups pressés » (RICH.); b) 1775 « bruit semblable à celui d'un corps qui roule » le roulement des torrens (J.-J. ROUSSEAU, Les Rêveries du promeneur solitaire, éd. M. Raymond, 5e promenade, p. 1040); c) 1810 « bruit causé par un objet qui roule » le roulement d'une multitude de chariots (CHATEAUBR., Martyrs, t. 3, p. 175); 5. a) 1812 « action de se remplacer à tour de rôle dans certaines fonctions » (BOISTE); 1911 par roulement (JAURÈS, Armée nouv., p. 484); b) 1870 « durée de travail d'un four, d'un appareil, de sa mise en route jusqu'à son arrêt » (LITTRÉ); c) 1937 « plan ou graphique de travail d'un ensemble d'agents chargés d'assurer un service continu » (Code du Travail, t. 2, art. 22, p. 890); 6. 1838 fonds de roulement (BALZAC, Mais. Nucingen, p. 633). Dér. de rouler; suff. -ment1. Fréq. abs. littér.:835. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 553, b) 1 992; XXe s.: a) 1 618, b) 1 038. Bbg. QUEM. DDL t. 33.

roulement [ʀulmɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1538; de rouler.
1 Action de rouler. Rouler (II., 1. et 2.). || Le roulement des voitures déforme les chaussées.
Mouvement de ce qui roule. || Le roulement d'une bicyclette.
0.1 Le roulement était moelleux et parfait, grâce à d'épais pneumatiques garnissant les roues silencieuses, dont les fins rayons métalliques semblaient nickelés à neuf.
Raymond Roussel, Impressions d'Afrique, p. 53.
1 Le terrain ne montait ni ne descendait. L'état satisfaisant de la voie favorisait le roulement. Le vent, soufflant de côté, ne gênait pratiquement pas le cycliste (…)
A. Robbe-Grillet, le Voyeur, p. 103.
Couche de roulement : revêtement superficiel d'une route.
(1960). || Chemin de roulement : voie reliant l'aire de stationnement à la piste d'envol, et empruntée par les avions roulant au sol, sur un aérodrome.
Chemin de roulement de tourelle : mécanisme à roulement à billes (→ ci-dessous) qui permet à la tourelle d'un char de pivoter.(1964). || Train de roulement d'un engin chenillé, qui assure la progression du véhicule.
Géom. Déplacement d'une courbe ( Roulante) sur une courbe fixe, lorsque les deux courbes restent constamment tangentes et que le point de contact parcourt en même temps des arcs égaux sur l'une et l'autre.Tout point de la courbe qui se déplace, décrit une courbe épicycloïde. || Roulement d'une courbe sur une droite, où chaque point de la courbe décrit une courbe cycloïde. Roulette. (Se dit aussi des surfaces).
(1907). || Roulement à billes : mécanisme destiné à diminuer les frottements entre des pièces roulant l'une sur l'autre, et qui consiste en billes d'acier insérées entre les organes flottants. || Bicyclette, patins à roulement à billes, montés sur roulement à billes.Roulement à rouleaux coniques, à aiguilles (au lieu de billes). || Galets de roulement.
1.1 Les cheminées d'usines de la plaine lombarde remplaçaient les cyprès du lac de Côme (…) Milan amorçait une nouvelle Italie industrielle; à quoi bon tant de pneumatiques, de roulements à billes, d'industries idiotes ? Je vivais le dos tourné à l'avenir (…)
Paul Morand, Venises, p. 30-31.
2 (1843). Bruit de ce qui roule, bruit sourd et prolongé. || Roulements de voitures, de charrettes (→ Bruit, cit. 5 et 9), de tramways.Bruit de ce qui roule. || Les roulements d'un tonnerre lointain (→ Orage, cit. 1); des roulements dans le ciel (→ Bourrasque, cit. 5). || Roulement sourd (→ 1. Foudre, cit. 5), confus (→ Bourdonnement, cit. 8).
2 (…) le roulement des voitures au-dessus de sa tête, étant devenu de continu intermittent (…)
Hugo, les Misérables, V, III, IV.
3 (…) il y avait une espèce de roulement comme quand le tonnerre gronde au lointain sur place (…)
C.-F. Ramuz, la Grande Peur…, XVI.
(1732). || Roulement de tambour. Battement, batterie (→ Caisson, cit. 1; cuivre, cit. 9; draper, cit. 12).
3 (1875). Mouvement de ce qui tourne. || Roulement d'yeux (Molière, le Misanthrope, I, 1). || Roulement de hanches (cit. 8; → Danse, cit. 2).
4 (1842). Action de circuler, de servir, en parlant de l'argent. Circulation. || Roulement des capitaux (→ Propriété, cit. 15). || Fonds de roulement.
4 Beaudenord, gêné dans ses dix-huit mille livres de rente, sentit la nécessité de créer ce que nous appelons aujourd'hui le fonds de roulement.
Balzac, la Maison Nucingen, Pl., t. V, p. 610.
5 (1819). Alternance de personnes qui se relayent, se remplacent dans un travail, une fonction ( Alterner).
5 Établir auprès d'un moribond un roulement régulier de deux équipes qui se reposeraient à tour de rôle.
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 155.
6 (…) ils parlaient de la « semaine de quarante heures » et proposaient, dans les entretiens dont le patron se trouvait soigneusement exclu, d'organiser un « roulement » en ce qui concernait le travail nocturne (…)
G. Duhamel, les Compagnons de l'Apocalypse, XV.
7 (…) ils avaient établi entre eux un roulement qui assurait à chacun, outre les permissions réglementaires, une semaine de liberté, par mois.
S. de Beauvoir, la Force de l'âge, 1960, p. 34.
(1835). || Roulement des cours et tribunaux, permettant aux magistrats d'un même tribunal de passer successivement, au cours d'une année, dans chacune des sections qui le compose.
(Déb. XXe). || Par roulement : à tour de rôle. || Ils travaillent de nuit par roulement.
6 (V. 1960). Plan de travail d'un ensemble d'agents de la fonction publique ou de représentants de certaines professions, établi pour assurer un service continu. || Le roulement des agents de police, des pharmaciens de garde.

Encyclopédie Universelle. 2012.